Près de 80 millions de km sont parcourus tous les jours avec une seule personne à bord en Ile de France. C'est 12.000 tonnes de CO2 émises. Voilà un chiffre qui peut rapidement diminué en pratiquant le covoiturage.

Une autre façon de diminuer le nombre de voiture est d'augmenter le nombre de passagers transportés par voiture. 20 % de covoiturés ce sont 20 % de voitures en moins. Quand on sait que certaines artères sont saturées parce que leur seuil a été dépassé de quelques %  ... on y imagine facilement l'impact d'un peu de covoiturage sur la pollution.

Mais pour développer le covoiturage, il faudra des solutions interactives, qui réagissent en temps réel, qui apportent des garanties de retour, assurent la sécurité des contacts et soient suffisament souples pour faire face à certains aléas. Il s'agit du covoiturage dynamique. Ces solutions doivent prendre en compte la résistance aux changements que nous aurons et nos inquiétudes légitimes.

Il est for à parier que la France, avec la crise qui vient de nous atteindre, saura évoluer comme de nombreux pays européens avant elle et que des sociétées ou associations proposeront les services adaptées pour nous inciter à pratiquer le covoiturage.

Sans compter qu'avec le principe de partage des coûts, chaque individu verra son budget déplacement domicile bureau divisé par 2 au minimum. Quand on sait qu'un automobiliste qui a 40 km par jour de trajet aller/retour paye 400 € par mois, on se rend compte du gain en pouvoir d'achat en fin d'année. En période de crise, c'est toujours bon à prendre.